Connue pour ses exploits en Rallye, la Peugeot 205 n’a pas seulement brillé en compétition. C’est elle qui a sauvé Peugeot de la faillite dans les années 80.


1er février 1985, l’heure est à la fête dans le clan Peugeot. La petite 205 GTI vient de faire ses preuves dans sa première épreuve du championnat du monde des rallyes, à Monte-Carlo. A bord du “sacré numéro”, Ari Vatanen colle six minutes à son suivant, Walter Rohrl. Ce dernier conduit pourtant une Audi Quattro, championne de l’édition précédente. Ce succès se répétera tout au long de la saison, sacrant l’équipe. Des images contrastant bien avec la situation de la marque au lion quelques années auparavant.

La voiture de la dernière chance

Dans le début des années 80, Peugeot connaît la tourmente. Insérée dans le groupe PSA depuis 1976 après le rachat de Citroën, la marque a du mal à intégrer son nouvel achat Chrysler. L’économie mondiale est en berne et PSA doit affronter l’arrivée des voitures japonaises, mieux équipées et moins chères. Aux ventes en baisse s’ajoute une crise sociale au sein de l’entreprise, de violentes grèves ont lieu dans les différentes usines. On pense la marque finie.

Depuis 1978, un projet est en cours pour créer une nouvelle voiture. Le Projet M24 signera le succès ou la mort de la marque. Comme à chaque nouveau modèle, une concurrence est établie entre le bureau de design interne et la firme italienne Pininfarina. Le cahier des charges est relativement simple : cette voiture doit être petite mais spacieuse et dotée de cinq places.

Contrairement aux derniers modèles, c’est la proposition interne qui est retenue. Celle-ci casse tous les codes de Peugeot. Alors que la marque est souvent vue comme classique, cette 205 avec ses arrondis viennent donner un coup de jeune au Lion.

Le succès

Essence ou diesel, Cabriolet ou break, 3 ou 5 portes, voire même camionnette : il y en a pour tous les goûts. Du jeune cadre dynamique à l’artisan, le succès est au rendez-vous. PSA ne lésine pas sur la communication. Dans une de ses publicités, James Bond échappe à un Bombardier grâce à sa 205 GTI.

Car une grande partie du succès de la 205, c’est le modèle GTI. Rivale de la Golf GTI, la Turbo 16 est sacrée championne du monde des rallyes en 1985 et 1986, avant d’accrocher deux titres au Paris Dakar les années suivantes. Des succès en courses qui inspirent les acheteurs, achetant ainsi une petite part de gloire.

Voiture la plus vendue en France en 1984 et 1985, sa production dépasse les 2500 voitures par jour. D’abord assemblée à Mulhouse, elle s’étend ensuite aux usines de Sochaux, Poissy et même en Espagne. Les objectifs de ventes sont largement dépassés, avec 5,27 millions d’exemplaires vendus entre 1983 et 1998. Avec ces chiffres, Peugeot sort du marasme et revient sur le devant de la scène.

Prisée des collectionneurs de Youngtimers, la 205 n’a pas à rougir de sa descendance. En 2018, la Peugeot 208 est l’une des voitures les plus vendues à travers l’Europe.

Crédit photo : carjager.com